NON à l'autonomisation de l'Office des véhicules

Le peuple jurassien se prononcera le 28 février 2016 sur l’autonomisation de l’Office des véhicules jurassien (OVJ). Ne prenons pas le chemin de la privatisation!

Le Parlement a adopté le 27 mai 2015 la loi sur l’autonomisation de cet office. Selon le parlement, le but est en particulier de moderniser ce Service et de lui donner plus de flexibilité pour faire face à ses défis futurs. Le 3 août 2015, le Parti socialiste, soutenu par les partis de gauche et les syndicats dont le SSP-Jura, déposait le référendum contre l’autonomisation de l’OVJ, muni de 2256 signatures.

NON à la privatisation des bénéfices

En période de contraintes budgétaires, la privatisation est réputée économiser l’argent public en devenant plus efficace du fait d’une gestion orientée vers le profit, ceci au détriment de la qualité du service public et des conditions de travail. L’OVJ est un service qui fonctionne et qui rapporte de l’argent. Fin 2010, l’OVJ faisait les gros titres de la presse pour annoncer son déménagement dans de nos nouveaux locaux pour une meilleure efficacité. «Un déménagement et une centralisation administrative qui feront gagner l’office en efficacité. Le rythme des expertises de véhicules va s’accélérer et le retard sera progressivement comblé.» Que de bonnes nouvelles! Pourquoi vouloir se débarrasser d’un service, aujourd’hui, efficace?

Gros cadeau

La loi votée par le Parlement ne garantit pas le maintien des sites de Porrentruy et Saignelégier. Il n'est pas permis de rêver : améliorer la prise en charge par l'engagement de personnel supplémentaire, maintenir la structure géographique actuelle et baisser les émoluments? Il est inconcevable que cela ne débouche ni sur une réduction des sites d'activités, ni à une dégradation des conditions de travail! Par contre, cette loi prévoit déjà un cadeau immobilier de 1,4 million de francs à un OVJ en voie de privatisation alors que d’autres secteurs doivent se serrer la ceinture et en auraient bien besoin, comme le social et la culture.

Assumer ses responsabilités

Le gouvernement et le Parlement font preuve de faiblesse en entamant le chemin de la privatisation. Cela relève de leurs mandats de garantir aux services étatiques un fonctionnement adéquat. Autonomiser un service est assimilable à un manque de compétences et une fuite de leurs responsabilités en confiant la gestion d’un service qui fonctionne à un conseil d’administration (composé de représentants des milieux concernés!), puisqu’à l’avenir, le parlement sera cantonné à devoir se prononcer une fois par an sur un simple rapport, sans qu'un refus dudit rapport ne conduise à un quelconque effet. Donner les clés de la sécurité routière et de la qualité de l'air à des garagistes et des représentants du TCS, c'est donner à Audi le mandat de contrôler les particules fines de leurs propres moteurs !

Toutes les activités étatiques ne peuvent pas être soumises à l’impératif de la rentabilité. L’OVJ doit rester en main de l’Etat afin de garantir une accessibilité et une égalité de traitement pour tous, sans passe-droit ni complaisance, au service de l'ensemble de la population jurassienne.

L’autonomisation est un premier pas vers la privatisation des activités de l’OVJ et d'autres services de l'Etat : après le laboratoire cantonal, l’OVJ et un projet de privatisation de l'entretien des routes nationales, à qui le tour? Ne rentrons pas dans cette logique de démantèlement et garantissons un service public efficace au service de la population. Votons NON le 28 février.

Résultat du vote: Ce NON est un signal clair!

«Un NON sec et sonnant», comme le soulignent les médias. La population a fortement rejeté le projet d'autonomisation de l'Office des véhicules!

Par 64,8% des voix, le peuple jurassien donne un signal clair, qui va au-delà de l'Offic des véhicules, il dit NON au démantèlement du service public! Et nous lui disons bravo.